Martin Odegaard, de retour avec force


Martin Odegaard, de retour avec force

Étiquette d’espoir déchu bien accrochée sur le dos, Martin Odegaard s’est refait une santé. Et il brille de mille feux désormais, autant sous le maillot de la Real Sociedad que de son pays, la Norvège.

Le parcours est sinueux, tantôt brillant, tantôt plongé dans l’anonymat des Championnats de moindre importance. Peu importe, c’est là qu’il brillait, enfin, loin des gros titres d’un transfert hâtif au Real Madrid. Peu importe tant que Martin Odegaard ne loupe pas le train, au final. Aujourd’hui dans le Nord de l’Espagne, et toujours prêté par le club de Florentino Perez, il rayonne. Les travaux estivaux ont embelli le stade d’Aneota, qui accueille la Real Sociedad. Le Norvégien, lui, embellit l’équipe. «J’avais des doutes sur sa capacité à jouer relayeur, pas par rapport à sa technique mais plutôt son volume de jeu, sourit Maxime, abonné à la Real Sociedad. Et j’ai été agréablement surpris. Il ne se projette pas forcément, mais il est à la base de presque toutes les actions offensives. Et ça ne l’empêche pas de revenir défendre et de récupérer des ballons.» Le décor est planté, d’autant que le bilan comptable vient bonifier encore un peu plus son début de saison : deux buts, deux passes décisives, une moyenne de trois passes clés par match ou encore deux ballons touchés dans la surface adverse par rencontre. Idéal pour se rappeler au bon souvenir d’un autre Real, Madrid celui-ci, qu’il a rejoint à l’âge de 16 ans.
À toute Vitesse Arnhem
«Je reste en contact avec le Real Madrid, parfois ils me font des retours sur ce qu’ils voient de moi. Ils m’ont félicité pour mon début de saison, et dit qu’ils étaient contents de moi», racontait l’intéressé à Eurosport. Un temps pisté par l’Ajax Amsterdam et le Bayer Leverkusen cet été, il a trouvé au Pays Basque un lieu de vie agréable autant qu’un contexte pour s’épanouir. «C’était un pari de la part de la Real Sociedad, poursuit Maxime. On connaissait le potentiel du joueur et sa bonne saison à Vitesse, mais on n’était pas sûr qu’il pouvait reproduire la même chose en Liga, dans un club qui joue le milieu voire le haut du tableau.» «Il a des capacités énormes, étayait quant à lui Per Joan Hansen, adjoint de la sélection, au quotidien norvégien VG. Il peut courir longtemps ; il veut toujours le ballon ; et ses partenaires le cherchent toujours parce qu’il a une grande valeur dans l’équipe. Il finit mieux ses actions désormais, il l’a montré contre l’Atlético. S’il marque, c’est parce qu’il fait des courses très intelligentes dans la surface, qu’il ne faisait pas avant. C’est parfois du hasard, mais plus tu cours dans la surface, plus tu as de chances de marquer.»
C’est pourtant loin de la capitale espagnole, au Pays-Bas précisément, que Martin Odegaard a retrouvé des couleurs et un statut de grand espoir européen. Avec un prêt à Heerenveen pour se lancer, d’abord. «Sa première saison est très moyenne, avec une adaptation difficile, il ne joue que très peu, détaille Pol Barruyer, spécialiste du football néerlandais. J’ai vu un joueur en manque de confiance qui n’arrivait plus à assumer ce statut lourd de futur star. Avant de changer sur le terrain, il a surtout évolué dans la tête, car il pouvait avoir tendance à trop en faire. Il jouait attaquant intérieur, avec la liberté de repiquer dans l’axe, il ne lui manquait plus que l’efficacité.»

Celle-ci viendra au Vitesse Arnhem, où il est de nouveau cédé pour valider ses progrès.À l’est du pays, le prodige inscrit neuf buts en Championnat, et offre douze passes décisives. Une saison de confirmation, déjà. «Vitesse l’utilisait très souvent à droite, et parfois dans l’axe, poursuit Pol Barruyer. Il a eu plus d’efficacité, de confiance, avec des prises de balle verticales qui l’amènent à être l’un des meilleurs joueurs de Eredivisie en novembre/décembre. C’est également la première saison sans blessure. Et tu sens que dans ce joueur, il y a un truc en plus, il te fait venir au stade. Il a des éclairs de génie. Ses trois assists à Zwolle, c’est grandiose !» Le bonhomme affiche l’envie de s’affirmer, mais aussi du caractère. Son empoignade sur les réseaux sociaux avec Ada Hegerberg, Ballon d’Or FF féminin 2018, appuie la thèse autant qu’elle trahit une certaine assurance. «C’est ton choix de ne pas jouer pour la Norvège, mais respecte le pays et l’équipe nationale, assénait-il sur Instagram. Ça suffit maintenant.» La Norvège, justement, c’est tout ce qui compte en cette trêve internationale.
En Norvège, parti trop tôt
Per-Mathias Hogmo sélectionne Martin Odegaard en équipe A de Norvège dès la fin août 2014, à l’âge de quinze ans seulement. Dès lors, les remous du joueur sous le maillot rouge suscitent un débat quasi-inédit dans une Norvège habituellement calme et distante envers son propre football. Les légendes nationales Egil Olsen et Kjetil Rekdal soutiennent que le joueur est convoqué trop tôt – «Défensivement, la Norvège a un joueur de moins quand il est sur le terrain», dira Rekdal. À l’inverse, quand Odegaard passe près de deux ans sans voir les A, entre fin 2015 et novembre 2017, d’autres observateurs y voient un signe d’autoritarisme malvenu du nouveau sélectionneur, le Suédois Lars Lagerback. «C’est comme si c’était une fierté de se passer de Martin Odegaard», lâche ainsi l’un des plus célèbres consultants télé du pays. Mats Arntzen, qui suit l’équipe nationale pour le journal VG, est plus mesuré : «Si les sélectionneurs ne l’ont pas pris, c’est surtout parce qu’ils pensaient que c’était la meilleure chose pour l’équipe.»
«Il s’agit de ne plus avoir peur de prendre ma chance» (Martin Odegaard à Rbnett)
De l’histoire ancienne… ou presque. Car si Odegaard est désormais un titulaire indiscutable sous Lagerbäck – il fêtera contre l’Espagne sa 21e sélection -, le bât blesse encore sur deux points. D’abord, les statistiques. Auteur d’un but en sélection, son début de saison avec la Real entrouvre l’espoir de voir un joueur plus décisif. Le joueur lui-même s’en est épanché dans Rbnett. «L’idée est de jouer de manière plus directe, d’essayer de tirer et jouer en profondeur tout le temps, détaille Odegaard himself, conscient des progrès à faire. Je me concentre beaucoup là-dessus. Il s’agit de ne plus avoir peur de prendre ma chance.» Le deuxième point concerne son positionnement. En sélection, du fait d’un impact défensif insuffisant, Odegaard a jusqu’ici joué majoritairement ailier droit. Là encore, la métamorphose est récente et liée à ses performances en Espagne. «Je ne serais pas étonné qu’il joue en 10 contre l’Espagne, analyse un Mats Arntzen dithyrambique. De manière générale, il est en train de trouver la place qui lui revient dans cette équipe.» Un leadership logique sur le terrain.
Suffisant pour aller chercher une participation à l’Euro, la première depuis 2000 (Odegaard n’avait pas encore deux ans) ? Quatrième de son groupe, mais à seulement deux points de la Suède deuxième, les hommes de Lagerbäck semblent déjà à un tournant avant d’affronter l’Espagne, cador du groupe F. En un sens, l’espoir repose sur le gamin de Drammen. Adoubé par son capitaine Stefan Johansen – «Il fait des choses énormes sur le terrain. Il trouve des passes si marginales. Parfois, c’est complètement fou» -, Odegaard ferait presque oublier qu’il n’a que vingt ans. «C’est difficile de dire sur quels points il doit s’améliorer, s’enflamme Mats Artnzen. Il doit surtout faire encore mieux les choses qu’il fait déjà très bien ! Il est devenu meilleur physiquement et défensivement, il gagne plus de ballons, crée des occasions… C’est le genre de joueur qui manque à la Norvège depuis bien des années.» Et celui qu’elle attend de voir relever le défi lancé depuis sa plus tendre jeunesse : atteindre les sommets du football mondial.


Like it? Share with your friends!

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Choose A Format
Personality quiz
Series of questions that intends to reveal something about the personality
Trivia quiz
Series of questions with right and wrong answers that intends to check knowledge
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
List
The Classic Internet Listicles
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Open List
Submit your own item and vote up for the best submission
Ranked List
Upvote or downvote to decide the best list item
Meme
Upload your own images to make custom memes
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF
Gif
GIF format