Connect with us

Bundesliga

Officiel : Kevin Trapp définitivement transféré à l’Eintracht Francfort

Published

on

Officiel : Kevin Trapp définitivement transféré à l’Eintracht Francfort

Prêté à son ancien club la saison passée, Kevin Trapp retourne cette fois-ci définitivement à l’Eintracht Francfort, qui s’est entendu sur les modalités d’un transfert avec le Paris Saint-Germain.

Kevin Trapp n’est officiellement plus un joueur du Paris Saint-Germain. Le gardien allemand, âgé de 29 ans, est définitivement transféré à l’Eintracht Francfort, où il avait été prêté la saison passée, comme l’a communiqué son nouveau club il y a quelques instants : « après Sebastian Rode et Martin Hinteregger, l’Eintracht peut accueillir Kevin Trapp. L’international allemand, déjà prêté à l’Eintracht l’an dernier, arrive du Paris Saint-Germain et a signé un contrat de cinq ans jusqu’au 30 juin 2024. »

Pour l’international allemand, c’est la fin d’un long feuilleton. Car de son côté, très vite, il a semblé privilégier l’option d’un départ. Encore plus lorsque Thomas Tuchel a confirmé Alphonse Areola dans la peau du numéro 1. Pas désireux de vivre une saison en tant que doublure, alors qu’il avait retrouvé un bon niveau avec Francfort lors du dernier exercice, Trapp a attendu que le PSG se décide. Le FC Porto a pensé à lui mais n’a pas trouvé d’accord.

Il ne laisse pas une grande empreinte au PSG
L’Eintracht, de son côté, a patienté, confiant quant à une issue positive, qui est finalement intervenue. Le club, 7e de la dernière Bundesliga (après avoir longtemps bataillé pour une place en Ligue des Champions), retrouve donc son ancien portier pour une troisième collaboration (2012-2015, 2018-2019) et lui a fait signer un contrat e 5 ans. De quoi envisager un avenir commun et surtout serein sur du long terme.

Le PSG gardera un souvenir mitigé du passage de Kevin Trapp. Débarqué à la surprise générale à l’été 2015, alors que Salvatore Sirigu était alors le portier numéro 1, il a multiplié les erreurs (contre le Real Madrid et Bordeaux notamment) et affiché une fébrilité parfois déconcertante. Mis peu à peu en concurrence avec Alphonse Areola, il a définitivement perdu sa place et avait été prêté suite au recrutement de Buffon l’été dernier. Le départ de l’Italien aurait pu lui permettre de revenir dans la course mais Tuchel a tranché en faveur d’Areola.

Bundesliga

Standard Gavory affirme: « On ne se fixe pas de limites »

Published

on

Standard Gavory affirme: "On ne se fixe pas de limites"

Alors que le Standard a vécu une période compliquée à la fin de l’année 2019, les Rouches ont repris du poil de la bête lors des dernières semaines, enchaînant un 7/9 face à Bruges, Genk et l’Antwerp. Après la rencontre face au Great Old, Nicolas Gavory était en tout cas satisfait de la tournure des événements et affirmait les ambitions de son équipe.

« À partir de maintenant, on va disputer 13 finales. On verra où cela nous mène, mais on ne se fixe pas de limites. On a mangé notre pain noir en décembre. Maintenant qu’on s’est remis sur les bons rails, ce serait bête de lâcher mais je ne pense pas que cela arrivera avec cet état d’esprit » a affirmé le Français à la DH.

Continue Reading

Bundesliga

Bundesliga : L’Union Berlin, un club miraculeux

Published

on

Bundesliga : L’Union Berlin, un club miraculeux

Promu cette saison en Bundesliga, le modeste club de l’Union Berlin est un cas unique dans le football moderne, où l’argent a souvent pris le pas sur certaines valeurs.

L’Eisern Union est un ovni dans le football du 21eme siècle. Alors que l’argent est une donnée primordiale, le petit club situé dans la capitale allemande survit grâce à ses valeurs qui en ont fait une équipe unique en son genre. En effet, l’Union Berlin, qui goûte pour la première fois aux joies de la Bundesliga cette saison, dispose d’une histoire surprenante, qui le rend si atypique et attirant. Si l’équipe a été officiellement créée en 1906, c’est en 1966 alors que l’Allemagne est divisée par le Mur de Berlin que le 1. FC Union Berlin voit véritablement le jour.

A l’Est, alors que le Dynamo, soutenu par le Ministère de l’Intérieur et la Stasi, régnait alors, l’Eisern Union s’est rapidement imposé comme le club des autres. Plus libre, il regroupe alors les syndicalistes, les ouvriers, voire les marginaux et les protestataires. Un état d’esprit bien loin de son grand rival de l’époque. Souvent dans le dur financièrement durant les années qui ont suivi, l’Union Berlin s’en est toujours sorti, grâce notamment à la force de ses supporters. L’été 2008 marque d’ailleurs un tournant dans son histoire et une preuve de son côté unique.

« Quand ta maison menace de s’écrouler… »
Ainsi, alors que le Stade An der Alten Försterei a besoin d’importants travaux et que le club manque de moyens, ce sont les supporters de l’Union Berlin qui ont été appelés en renfort. De mai 2008 à juin 2009, environ 2 000 personnes ont participé à la rénovation de la mythique enceinte située dans le quartier de Köpenick, pour environ 140 000 heures de travail. Une situation qui force le respect. « Normalement, les clubs ont des fans mais chez nous, ce sont les fans qui ont un club. Alors quand ta maison menace de s’écrouler, tu fais les travaux toi-même », peut-on d’ailleurs entendre du côté de « la veille maison forestière. »

Promu en mai dernier pour la première fois de son histoire, l’Union Berlin a depuis découvert un autre monde, bien loin de ses valeurs et a dû composer avec. Surtout que pour ses débuts, le club a fait face à son exact opposé, le RB Leipzig. Depuis, l’Eisern Union a notamment fait tomber Dortmund (3-1), le Hertha Berlin (1-0) et Mönchengladbach (2-0) dans son antre mythique, où la plupart des places sont debout. Ce lundi, en déplacement à Francfort (à 20h30, sur beIN SPORTS 2), le promu tentera de faire un résultat qui pourrait les rapprocher un peu plus du tant espéré maintien.

Continue Reading

Bundesliga

Haaland, du jamais vu en Bundesliga

Published

on

Haaland, du jamais vu en Bundesliga

Le phénomène norvégien a encore frappé ce samedi en Bundesliga, lors de la victoire du Borussia Dortmund sur le Werder Brême (0-2).

C’est à n’en pas douter la grande révélation européenne de cet exercice 2019-2020. Brillant avec Salzbourg lors de la première moitié de la saison, Erling Haaland ne cesse d’impressionner les observateurs depuis son arrivée à Dortmund cet hiver. Comme ce fut le cas mardi dernier en huitième de finale aller de la Ligue des champions face au PSG (2-1).

De retour sur la scène nationale ce samedi, à l’occasion d’un déplacement au Werder Brême (victoire 2-0 du BvB) comptant pour la 23e levée, l’attaquant norvégien a une nouvelle fois fait trembler les filets. Idéalement servi en retrait par d’Achraf Hakimi, l’ancien de Molde donnait de l’air à son équipe d’une frappe puissante du droit (66e). Sa 40e réalisation (toutes compétitions confondues) de la saison en 30 apparitions.

Du haut de ses 19 ans et de son mètre 94, le natif de Leeds est surtout entré encore un peu plus dans les annales de la Bundesliga. Selon le site spécialisé Opta, le fils de Alf-Inge Haaland est devenu le premier joueur de l’histoire du championnat allemand à inscrire au moins 9 buts lors de ses 6 premiers matches. Phénoménal.

Continue Reading
Advertisement

Tendance

Copyright © 2020 ACTUMATCH.NET