Connect with us

Actualites

Racing de Santander : comment se passent les premiers pas de Luca Zidane (vidéo)

Published

on

Racing de Santander : comment se passent les premiers pas de Luca Zidane (vidéo)

Cet été, Luca Zidane a fait ses valises et s’en est allé direction le nord de l’Espagne, au Racing de Santander (D2), dans le cadre d’un prêt d’une saison. Cette trêve internationale est l’occasion idéale pour prendre des nouvelles et se pencher sur les premières semaines du gardien du côté du Sardinero.

« Je suis prêté au Racing et très content d’être ici. J’avais besoin de partir, mais à l’avenir on verra ce qui peut se passer (concernant un retour à Madrid, NDLR). J’ai pensé que c’était le meilleur moment pour partir. Je voulais du temps de jeu et prouver mes qualités, ce que je vaux, et le Racing m’a donné l’opportunité de venir. J’ai eu d’autres offres, mais celle du Racing est celle qui m’a le plus intéressé ». Tels étaient les propos de Luca Zidane à l’occasion de sa présentation avec son nouveau club, promu en deuxième division, début juillet. Forcément, on allait suivre de très près ce qu’allaient donner ses premières semaines loin du cocon madrilène.

Et le pari Racing s’avère pour le moment payant pour le joueur formé au Real Madrid, du moins du point de vue du temps de jeu, puisque le fils Zidane a disputé huit des dix rencontres jouées par son équipe en championnat, manquant deux rencontres à cause d’une blessure au mois d’août. Niveau statistique, il a encaissé neuf buts, ce qui reste tout à fait honorable pour un gardien d’une équipe devant avant tout lutter pour sa survie dans la division. Et il affiche un niveau pour le moins intéressant… « Ses performances sont bonnes. Il a réalisé de belles prestations, et pour l’instant, il n’a pas commis d’erreurs. Mention bien pour lui », nous confie Sergio Herrero, journaliste pour le Diario Montañés.

Un jeu au pied au-dessus de la moyenne
« Son point fort, sans aucun doute, c’est son jeu au pied. C’est incroyable ! Je n’ai jamais vu un gardien avec un tel contrôle du ballon. C’est ce qui le différencie des autres. Le problème actuellement, c’est que le Racing ne parvient pas à profiter de cette qualité. C’est un bon gardien sur sa ligne. Peut-être qu’il doit encore s’améliorer dans le jeu aérien et mieux capter les ballons », ajoute-t-il. De quoi confirmer ce qu’on avait pu apercevoir de lui du côté de la capitale espagnole, et ce que nous avaient déjà confirmé des collègues espagnols suivant l’actualité du Real Madrid par le passé.

Il convient de rappeler que, même si le club de Cantabrie a connu des difficultés énormes ces dernières années, la faute à des pépins financiers, il reste une formation historique au niveau espagnol. Ses supporters, réputés pour leur ferveur, sont donc particulièrement exigeants. La pression est logiquement moindre par rapport à Madrid et sa folie médiatique, mais elle existe tout de même. On parle d’un club qui tournait à plus de 9.000 spectateurs en moyenne par match en troisième division, plus que de nombreux clubs de D2, dans une division considérée semi-professionnelle de l’autre côté des Pyrénées. Pas de quoi effrayer l’ancien international U19 tricolore.

Des supporters conquis
« Le public du Racing a découvert un gardien. Au début, son arrivée ressemblait à celle d’un joueur de complément, ou une stratégie marketing, mais Luca a démontré qu’il est un gardien de niveau, qui en plus a pris la place au capitaine de l’équipe (Ivan Crespo, NDLR). Pour moi, il avait besoin de partir du Real Madrid pour s’enlever de la pression médiatique, prendre son indépendance d’un nom de famille qui pèse beaucoup et montrer qu’il n’est pas là qu’à cause de sa carte d’identité », nous explique Sergio Herrero. Et le retour de blessure de Crespo ne devrait pas changer les plans du coach de l’équipe, Iván Ania. S’il ne partait donc pas forcément comme gardien titulaire, il a, en quelques journées, déjà sécurisé sa place pour le reste de la saison. « Je suis très à l’aise au Racing. Je suis habitué à ce qu’on m’observe (parce que c’est le fils de Zidane, NDLR). J’aime beaucoup la ville de Santander, même si je suis casanier je connais peu à peu la ville », a confié le gardien de 21 ans à AS.

On se dirige donc vers un prêt réussi pour Luca Zidane, même s’il devra se montrer constant et être décisif pour maintenir son équipe – actuellement 18e sur 22 – dans ce championnat difficile qu’est la deuxième division espagnole. Dès lors, on peut se projeter vers l’avenir. Du côté de Madrid, les portes semblent fermées, dans la mesure où les Merengues semblent vouloir faire de Lunin leur deuxième gardien l’an prochain. Du moins selon la presse ibérique. Peut-on envisager de le voir dans un autre club de Liga ? « Sûrement, oui. Bientôt », affirme Herrero, soulignant que « Zidane est jeune, a encore de la marge de progression et son nom l’aidera, parce qu’il donne une certaine visibilité médiatique intéressante accompagnée d’un bon niveau sportif ». C’est tout ce qu’on peut lui souhaiter !

Actualites

Eto’o sans pitié pour Diouf et Drogba

Published

on

Eto’o sans pitié pour Diouf et Drogba

Samuel Eto’o assure qu’il était le meilleur joueur africain en son temps, devant El-Hadji Diouf et Didier Drogba.

Samuel Eto’o et Didier Drogba ont été les deux grands attaquants vedettes du football africain dans les années 2000 et il est bien difficile de les partager. C’était sans compter sur El-Hadji Diouf, double Ballon d’or africain en 2001 et 2002, qui a récemment affirmé qu’il était le «joueur africain le plus talentueux» de sa génération. Une punchline, lancée tout sourire par le Sénégalais lors d’un apéro, qui n’a pas plu à Samuel Eto’o.

«Même si mon frère Diouf la dernière fois, avec un verre de plus, s’est un peu perdu, il n’y a pas débat. Aucun d’eux ne peut venir dire qu’il a été à mon niveau ou qu’il a été meilleur que moi, a lancé l’idole camerounaise sur Instagram. C’est un fait, c’est quelque chose qui est là. Je ne discute pas quelque chose avec les autres, c’est un fait. S’ils ont quelque chose à revendiquer, à eux de le montrer. Je voulais être le numéro 1, je l’ai été tout au long de ma carrière et aucun d’eux n’a été meilleur que moi».

Samuel Eto’o a notamment été élu Joueur africain de l’année à 4 reprises (2003, 2004, 2005 et 2010) et estime qu’il aurait pu gagner «8 ou 9» Ballons d’or africains s’il n’avait pas été en conflit avec la CAF. Le buteur camerounais était notamment au sommet de son art lors des sacres du Barça en Ligue des champions en 2006 et 2009. Il a ainsi fini 5e au classement du Ballon d’or France Football en 2009, alors que Drogba a décroché une… 4e place en 2007.

Continue Reading

Actualites

L’Ajax privé de titre, Ziyech ne digère pas

Published

on

L’Ajax privé de titre, Ziyech ne digère pas

Les responsables de l’Eredivisie ont pris la décision vendredi de ne pas désigner de champion alors que la saison aux Pays-Bas ne reprendra pas. Malgré son statut de leader après 25 journées sur 34 au programme, l’Ajax n’étoffe donc pas son palmarès. Logique pour certains, d’autant que l’AZ Alkmaar n’était devancé par le club d’Amsterdam qu’à la différence de buts. Mais pas pour Hakim Ziyech.

Le milieu offensif de 27 ans, qui jouait là sa dernière saison avec les Lanciers puisque Chelsea l’a d’ores et déjà débauché, estime que le titre devait malgré tout être attribué. « Il n’y a pas officiellement de champion… Bien sûr que j’aurais préféré gagner le titre sur le terrain mais s’il fallait choisir un champion, pour moi, c’était l’Ajax », dixit l’international marocain dans les pages du quotidien néerlandais Algemeen Dagblad.

Et de poursuivre: « Nous sommes premiers malgré toutes les histoires comme quoi l’AZ le méritait parce qu’ils nous avaient battus deux fois. La différence de buts, comme c’est toujours le cas, ne compterait plus désormais ? Ce sont des conneries ! Comment le PSV a remporté le titre en 2007 ? Pour un seul but… »

Continue Reading

Actualites

Une application pour supporter son équipe à distance dans le stade vide

Published

on

Une application pour supporter son équipe à distance dans le stade vide

Les inventeurs de ‘MeinApplaus.de’ (nldr, mon applaudissement) permettraient, via des boutons, de lancer des chants ou des sifflets dans les stades.

La Ligue de football allemande a annoncé qu’elle était disposée à reprendre le championnat de Bundesliga dès le 9 mai.

Encore faudra-t-il que les autorités allemandes autorisent ce retour sur les terrain qui enthousiasme peu les supporters puisque les rencontres se dérouleront dans des stades vides, à huis clos.

L’Allemagne tente par ailleurs de concilier huis clos et ambiance. Gladbash a déjà installé des supporters en carton, à 19 euros l’unité, pour habiller ses tribunes.

Et une application, pourrait même ajouter de l’ambiance dans les stades de football. Celle-ci offrira aux fans du ballon la possibilité de faire du bruit… depuis leur canapé !

L’utilisateur disposera de quatre options disponibles via des boutons à activer : applaudir, fêter un but, lancer des chants et même siffler les joueurs en direct.

Plus il y aura de supporters connectés, plus les décisions feront du bruit dans les enceintes équipées de ce dispositif.

« Au début, j’étais sceptique, je ne savais pas si cela aurait l’effet désiré. Mais ça rend plutôt bien, très proche de la réalité », a assuré Patrick Herrmann, attaquant de Gladbach, au magazine ‘Kicker’.

Les fans semblent également bien adhérer à ce projet. « Nous avons plus de 6.500 commandes. C’est énorme, nous ne nous attendions pas à cela », s’est réjoui Thomas Ludwig, président du Fanprojekt Mönchengladbach.

Continue Reading
Advertisement

Tendance

Copyright © 2020 ACTUMATCH.NET